L’aviation, un contributeur important aux émissions mondiales, s’engage à décarboniser

Avant la crise de la COVID-19, l’aviation représentait plus de 900 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone par an, soit 2 à 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Tout en se remettant de la crise et avec des taux de croissance renouvelés, les émissions du secteur pourraient doubler d’ici à 2050. Conscients des défis de la décarbonisation, les États, par l’intermédiaire de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), se sont engagés à atteindre une croissance neutre en carbone à partir de 2020 et travaillent à l’élaboration d’un objectif mondial plus ambitieux à long terme pour la réduction des émissions de l’aviation. En outre, plusieurs organisations du secteur de l’aviation et des compagnies aériennes se sont engagées à atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2050.

L’hydrogène vert, une solution pour décarboniser les vols et les opérations aéroportuaires

L’hydrogène vert et à faible teneur en carbone pourrait être utilisé dans l’aviation, soit pour produire des carburants aéronautiques durables (SAF) destinés à remplacer le carburant fossile des avions, soit directement pour alimenter un nouveau type d’avion propulsé par des systèmes de piles à combustible à hydrogène.

La propulsion par piles à combustible est préconisée pour les navettes aériennes et les avions régionaux au cours des prochaines décennies, tandis que le SAF a déjà commencé à être utilisé dans les vols commerciaux réguliers et devrait être généralisé dans les années à venir.

Les SAF à base d’hydrogène pourraient contribuer à accélérer l’utilisation des SAF dans les aéronefs en s’attaquant directement aux obstacles actuels :

  1. Sa production ne dépend pas d’une biomasse en quantité limitée avec des systèmes de collecte complexes comme les huiles usagées, les déchets ménagers et professionnels ou les cultures énergétiques.
  2. Les économies d’échelle en cours dans le secteur de l’hydrogène devraient faire baisser les coûts du SAF pour réduire l’écart avec les carburéacteurs classiques.

Alors qu’environ 50 % des émissions des aéroports sont liées à la combustion de carburéacteur, l’hydrogène pourrait également contribuer à la décarbonisation des opérations aéroportuaires, comme la navette des passagers, la manutention des avions et des matériaux ou la production d’électricité et de chaleur.

Hinicio et Strive coopèrent pour aider leurs clients à identifier et à saisir les opportunités offertes par le développement de l’hydrogène pour leurs activités.

Hinicio est un cabinet de conseil en stratégie disposant d’une expertise unique dans le domaine de l’hydrogène comme vecteur de décarbonisation. Hinicio réunit une équipe internationale d’experts de haut niveau comprenant des ingénieurs, des économistes et des spécialistes de la politique énergétique, des transports et de l’environnement. Leurs résultats uniques et de haute qualité découlent de leur approche multidisciplinaire réunissant la technologie, les marchés et la politique. La connaissance d’Hinicio du secteur de l’aviation s’est développée au cours des dernières années avec l’intérêt croissant des fournisseurs de carburant, des entreprises énergétiques et des fabricants d’équipements pour les perspectives de l’hydrogène dans le secteur de l’aviation. Hinicio a été à l’avant-garde des projets d’e-carburant, du développement de H2-hub, du transport et du stockage de l’hydrogène liquide et gazeux.

En 2021, Vertis crée Strive, sa marque d’action climatique, en réponse à la demande croissante de ses clients en matière d’action climatique et de marchés volontaires. Vertis et Strive sont tous deux convaincus que l’hydrogène vert et à faible teneur en carbone sera un marché stratégique dans une future économie neutre en carbone. La collaboration avec Hinicio est venue naturellement pour répondre aux besoins de nos clients mutuels qui souhaitent étudier les opportunités liées à l’hydrogène dans le cadre de leurs activités principales ou en tant que nouveau développement aligné sur les perspectives du marché du carbone et les objectifs de réduction des émissions.

Un contexte favorable à l’hydrogène, avec un élan spécifique dans l’aviation

L’hydrogène est sur le point de jouer un rôle clé dans les plans de relance européens particulièrement axés sur la décarbonisation et la transition énergétique. Les directives européennes et autres réglementations (par exemple RED2) préfigurent des analyses de rentabilité rentables pour les projets H2 à l’échelle, associées à la baisse du coût des énergies renouvelables et à l’industrialisation de la production d’H2. En outre, selon la proposition de la Commission européenne sur le déploiement des infrastructures de carburants de substitution, tous les pays de l’UE doivent élaborer un plan de déploiement des infrastructures de carburants de substitution dans les aéroports pour l’hydrogène.

Dans le sillage de l’industrie de l’hydrogène, de plus en plus de parties prenantes du secteur de l’aviation annoncent leurs ambitions en matière d’hydrogène, créant ainsi un élan en faveur de l’hydrogène dans le secteur de l’aviation :

  • Les aéroports ont commencé à se préparer en procédant à une analyse approfondie des possibilités offertes par l’hydrogène pour leurs activités et en établissant des partenariats stratégiques avec les leaders de l’industrie de l’hydrogène.
  • Des projets de SAF à base d’hydrogène à l’échelle industrielle sont en cours de développement, sous la houlette de grandes entreprises de services publics, de grandes compagnies pétrolières et gazières ou de pure partie prenante de l’hydrogène, impliquant des compagnies aériennes, des fournisseurs de carburant et des aéroports.
  • Les constructeurs d’avions développent un programme d’avions à hydrogène dont la première démonstration devrait avoir lieu au cours de la prochaine décennie.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’hydrogène vert, n’hésitez pas à contacter l’équipe de Strive par mail pour organiser une réunion.